Culture Interface : Science-fiction et numérique

Culture interface

La Cité du Design de Saint-Étienne est le rendez-vous des passionnés de la science-fiction et du numérique. Ici, les exposants ont fait en sorte de concrétiser les folies tirées du monde de l’imaginaire, des films, des livres de science-fiction et des bandes dessinées.

Des œuvres axées Numérique

Parmi les œuvres exposées, beaucoup sont encore au stade de simple projet. D’autres n’ont même pas encore vu le jour. Mais on y découvre de nouvelles innovations qui se démocratiseront bientôt comme les objets connectés, les casques de réalité virtuelle, les gants connectés, des nouveaux types de téléphone mobile…

Selon le commissaire de l’exposition, cette expo permet de prouver que les designers savent très bien créer des inventions très particulières qui se distinguent de ces créations classiques auxquelles on est habitué. L’exposition se focalise sur 8 thèmes différents : interfaces gestuelles, visiocasques, neurocasques, interfaces vocales, surfaces interactives, montres intelligentes, singularités et réalité augmentée. Chacun de ces objets présente la vidéo, la bande dessinée, le film ou la série dans lesquels ils ont été tirés.

Les visiteurs pourront tester ces innovations dans l’espace démo qui s’étend sur 200 m2. Ils pourront regarder leur avatar littéraire ou cinématographique. Aussi, ils auront la possibilité de visionner les films qui mettent en avant ces créations.

Toutefois, il existe certaines marques qui n’ont pas accepté de diffuser certains extraits de films. C’est notamment le cas d’une licence qui a été rachetée par l’entreprise ‘Mickey’. Cette dernière compte en effet présenter son dernier film d’ici quelques jours.

L’exposition Culture Interface se tient dans la Cité du Design à Saint-Étienne à partir du 3 novembre 2015 jusqu’au 14 août 2016. L’entrée est gratuite tous les 1er dimanche de chaque mois.

Le street-art ornemente les murs à Kiev

street art Kiev

Kiev est envahi par le street-art. De gigantesques fresques décorent les murs de la ville, dont certains envoient des messages politiques.

Le street-art envahit Kiev. On y trouve tous les styles. Oleksandre Korban est l’un des artistes les plus connus. Il tente de redonner vie à cette capitale plongée dans le noir avec les mouvements de contestation de Maïdan l’année dernière. Âgé de 28 ans, il a déserté sa ville natale tenue par les séparatistes prorusses.

Sa fresque met en scène un petit garçon qui joue avec des avions de papier. Il la dédie à Lev, fils d’un couple qui l’a hébergé après qu’il ait quitté sa ville natale durant le conflit. L’artiste travaillait comme mineur durant 5 ans à Donbass. Il a été contraint de fuir quand la guerre a éclaté. Désormais, le street-art est devenu une véritable passion pour lui.

 

Des messages politiques

En seulement une année, le street-art s’est largement développé à Kiev. La plupart des murs sont ornementés d’œuvres réalisées par des artistes ukrainiens et étrangers. Guido Van Helten, originaire d’Australie, a notamment réalisé un portrait de Lessia Oukraïnka, une célèbre poétesse locale (1871-1913). Pour sa part Zosen Bandido, venu d’Espagne, a peint des créatures mythiques tirées des légendes ukrainiennes.

Mais beaucoup d’œuvres se destinent à envoyer des messages politiques. Oleksi Bordoussov par exemple a peint ‘Le Saint Georges ukrainien’ mettant en avant un individu à tête de faucon portant une tenue de cosaque qui chasse un serpent à 2 têtes. Ici le reptile sous-entend une double menace : la Russie et les pays occidentaux appartenant à l’Otan.

Pour certains artistes comme Franco Fasoli et d’Alexandre Farto, ils ont traité le thème ‘Maïdan’ qui a conduit au renversement du régime prorusse.

 

Le soutien des autorités

Ces œuvres seront prochainement succédées par d’autres. Un collectif d’artistes envisage de mettre sur pied un projet d’art de la ville visant à établir une zone artistique au centre-ville. Ce groupe recherche actuellement des artistes et des investisseurs pour financer ce projet.

Les autorités et les habitants sont favorables à cette tendance. Plusieurs artistes se sont félicités de l’accueil que leur ont fait les résidents. Mais il existe toujours des personnes réticentes quand les artistes peignent les murs. Toutefois, cela n’empêche pas le street-art d’être un élément essentiel à la capitale et de faire oublier les atrocités des conflits de l’année dernière.

À quoi ressemblera le nouveau Samsung Galaxy Note 5 ?

galaxynote5

Si le géant coréen n’a pas encore confirmé la date de sortie du Galaxy Note 5, les bruits de couloir nous donnent déjà un avant-goût des principales caractéristiques de ce produit. En effet, ce nouveau Smartphone de Samsung pourrait avoir des traits communs avec le modèle Galaxy S6.

 

Se baser sur un design très apprécié

Selon le site NowhereElse, l’aspect de la coque du Galaxy Note 5 devrait reprendre les principales caractéristiques du S6. En déplaçant le haut-parleur vers le bas (entre le port micro-USB et le stylet), les concepteurs de ce produit semblent vouloir reprendre partiellement le design du S6. On pourrait également s’attendre à une coque arrière en verre en format unibody et avec un cadre en aluminium. Exit donc les ports carte-SD (c’est-à-dire la mémoire extensible) et la batterie amovible. Si les rumeurs se confirment, le géant coréen pourrait encore doter son nouveau produit de plusieurs connectiques.

 

Quelques améliorations s’imposent

Le Galaxy Note 5 se veut plus qualitatif que ses prédécesseurs, sûrement grâce aux matériaux exclusifs que les concepteurs ont choisi d’utiliser. On s’attend également à ce que cette nouvelle phablettes de chez Samsung soit dotée d’un processeur plus performant. Il s’agit du processeur Exynos 7422 doté de huit cœurs. À cela s’ajoute un écran 2 K ou 4 K (de 5,7 pouces affichant 2560×1440 pixels et 518 ppi), associé à un système d’éjection automatique du stylet plus évolué pour la prise de notes. Il reste donc à savoir si ces améliorations et la montée en gamme en termes de design séduiront les fans de la marque.

En tout cas, ce qui est sûr c’est que Samsung présentera, comme d’habitude, sa nouvelle mouture lors de l’évènement annexe à l’IFA qui aura lieu septembre prochain.

‘Progress Eagle’ : Un avion ultra design favorable à l’environnement

processeagle

Le designer Oscar Vinals, à travers son projet ‘Progress Eagle’, vient d’imaginer un avion de ligne dont les ailes imitent celles d’un aigle royal. Son but, c’est de mettre en œuvre un nouveau système capable de se plier qui permet alors le stationnement du charter après l’atterrissage.

 

Pour un confort inégalé des passagers

L’avion mesurerait environ 100 mètres de long et pourrait embarquer jusqu’à 800 passagers, disposés sur trois étages. Grâce à la forme très futuriste et spécifique de l’appareil, ceux qui se trouveront à l’avant du troisième étage profiteront en plus d’une vue panoramique à travers une imposante baie vitrée. Très ambitieux, l’Espagnol a dessiné l’intérieur à l’instar d’un hôtel prestigieux. L’aéronef devrait donc être équipé de chambres privées de luxe, de boutiques physiques, de restaurants… Pour plus de confort, les éléments technologiques utilisés dans le cadre du ‘Progress Eagle’ devraient même réduire jusqu’à 75 % les nuisances sonores des avions de ligne actuels.

 

Un avion de ligne 100 % écologique en vol

Lorsqu’il a présenté ce projet, Oscar Vinals a expliqué son intention de concevoir un appareil autosuffisant en énergie. Ce dernier sera donc équipé de six moteurs supraconducteurs et n’utilisera plus le carburant que pendant le décollage. Le designer espagnol affirme encore que son programme est plus respectueux de l’environnement. L’avion qu’il a conçu devrait en effet avoir une coque faite de matériaux pouvant capter et recycler le CO2 et d’autres polluants contenus dans l’atmosphère. En tout et pour tout, Oscar Vinals annonce qu’il serait possible de concrétiser son idée dans une quinzaine d’années.

À la découverte de ‘OnePlus 2’

oneplus2

Les inconditionnels de la marque chinoise OnePlus ont déjà pu avoir un avant-gout de son nouveau produit : le Smartphone OnePlus 2. Ce dernier se revêt d’une apparence visuelle semblable à celle de son prédécesseur OnePlus One, mais accuse quelques améliorations.

À quoi devrait-on s’attendre ?

Le OnePlus One a été l’un des produits phares de l’année 2014. Ses concepteurs ont bien fait d’avoir associés l’élégance et la performance du Smartphone de haut de gamme au prix d’un autre de milieu de gamme. Un produit est né donc et il se vend à plusieurs millions d’exemplaires dans le monde.

Mais si le OnePlus One reste couronné de succès, son successeur a aussi un bel avenir. Son design définitif n’est pas encore dévoilé au grand public, mais on peut d’ores et déjà découvrir des images de ce petit bijou technologique sur certains sites en ligne comme Weibo.

En quelques mots, c’est un mobile plat et disposant d’une tranche inférieure plus visible. Sur cette tranche, on remarque bien les deux grilles de haut-parleur et le port USB-C. À voir la largeur de ces sorties audio, on s’attend à ce que le OnePlus 2 ait une qualité sonore plus améliorée par rapport à son prédécesseur.

Il faut aussi noter les efforts réalisés par les concepteurs concernant les appareils photo à l’avant et l’arrière du Smartphone, bien qu’ils aient préférés garder la version d’Androïd de OnePlus (OxygenOS). À cela s’ajoutent le contour brillant métallique et un module photographique plus évolué.

Enfin, il ne faut pas oublier que le OnePlus 2 est doté d’un chipset Snapdragon 810. Le SoC surchauffé de Qualcomm fournit également une performance exceptionnelle, bien que certains observateurs trouvent qu’il aurait fallu doter le OnePlus 2 d’un autre processeur.

Musée des Arts et métiers : le design sera mis en avant

musee

Le Musée des Arts et métiers devient un haut lieu où l’art, les fonctionnalités et le côté esthétique/créatif des objets exposés s’associent.
Cela fait environ 3 ans que le designer se veut plus ouvert dans sa création. Les cahiers de charges deviennent plus souples et l’objet tend de plus en plus à répondre aux besoins.

 

Élargir le domaine d’intervention

Le parcours de l’exposition commence ce jour dans les locaux du Musée des arts et métiers. Les visiteurs pourront y découvrir de nombreuses œuvres, pour ne citer que les prototypes des vélos du futur qui marient à la fois le style, la performance et encore l’aspect fonctionnel. Ceci, tout en conservant la chaîne et les deux pédales, tel qu’indiqué dans le cahier des charges. Dans la salle, on peut voir de nombreux autres objets qui répondent de plus en plus à nos besoins quotidiens. De l’autocuiseur aux ampoules, en passant par les machines écrire, tous rappellent que le design de ces objets dépend surtout de leur principe de fonctionnement. Comme exemple, nous pouvons dire que l’apparence des ampoules est quasiment la même jusqu’à ce qu’arrivent les lampes LED.

 

Insister sur les fonctionnalités des objets

Cette exposition est un véritable moyen pour rappeler les efforts menés par les scientifiques et leur détermination à exploiter leur curiosité et leur savoir-faire. On va sûrement être étonné de voir que la chauve-souris peut être une excellente source d’inspiration pour la construction de l’aéroplane. On peut y découvrir aussi comment une sphère pourra détecter facilement les mines antipersonnelles et comment on fabrique des rubis artificiels.

L’essentiel c’est d’avoir de l’audace pour créer des choses plus design et qui répondent aux attentes de notre société. La création de l’imprimante 3D est entre autres l’un des progrès les plus spectaculaires pour montrer la réalité du processus créatif. Faites donc un détour au Musée des Arts et métiers et profitez d’une visite guidée pour découvrir l’intérêt des pièces exposées. Les locaux sont accessibles au grand public tous les jours à 15 h 30.