Le street-art ornemente les murs à Kiev

Kiev est envahi par le street-art. De gigantesques fresques décorent les murs de la ville, dont certains envoient des messages politiques.

Le street-art envahit Kiev. On y trouve tous les styles. Oleksandre Korban est l’un des artistes les plus connus. Il tente de redonner vie à cette capitale plongée dans le noir avec les mouvements de contestation de Maïdan l’année dernière. Âgé de 28 ans, il a déserté sa ville natale tenue par les séparatistes prorusses.

Sa fresque met en scène un petit garçon qui joue avec des avions de papier. Il la dédie à Lev, fils d’un couple qui l’a hébergé après qu’il ait quitté sa ville natale durant le conflit. L’artiste travaillait comme mineur durant 5 ans à Donbass. Il a été contraint de fuir quand la guerre a éclaté. Désormais, le street-art est devenu une véritable passion pour lui.

 

Des messages politiques

En seulement une année, le street-art s’est largement développé à Kiev. La plupart des murs sont ornementés d’œuvres réalisées par des artistes ukrainiens et étrangers. Guido Van Helten, originaire d’Australie, a notamment réalisé un portrait de Lessia Oukraïnka, une célèbre poétesse locale (1871-1913). Pour sa part Zosen Bandido, venu d’Espagne, a peint des créatures mythiques tirées des légendes ukrainiennes.

Mais beaucoup d’œuvres se destinent à envoyer des messages politiques. Oleksi Bordoussov par exemple a peint ‘Le Saint Georges ukrainien’ mettant en avant un individu à tête de faucon portant une tenue de cosaque qui chasse un serpent à 2 têtes. Ici le reptile sous-entend une double menace : la Russie et les pays occidentaux appartenant à l’Otan.

Pour certains artistes comme Franco Fasoli et d’Alexandre Farto, ils ont traité le thème ‘Maïdan’ qui a conduit au renversement du régime prorusse.

 

Le soutien des autorités

Ces œuvres seront prochainement succédées par d’autres. Un collectif d’artistes envisage de mettre sur pied un projet d’art de la ville visant à établir une zone artistique au centre-ville. Ce groupe recherche actuellement des artistes et des investisseurs pour financer ce projet.

Les autorités et les habitants sont favorables à cette tendance. Plusieurs artistes se sont félicités de l’accueil que leur ont fait les résidents. Mais il existe toujours des personnes réticentes quand les artistes peignent les murs. Toutefois, cela n’empêche pas le street-art d’être un élément essentiel à la capitale et de faire oublier les atrocités des conflits de l’année dernière.